Bartlow's Dread Machine met les tireurs sur les rails

Aucun commentaire


Bartlow's Dread Machine

Il y a certains tropes qui ont prospéré dans un décor d'arcade mais qui n'ont jamais autant fait parler d'eux chez nous, les propriétaires de consoles. C'est vraiment étrange si l'on considère tous les autres jeux dans lesquels nous avons investi autant d'argent dans la salle d'arcade et qui nous auraient donné un bras et une jambe pour nous posséder. L'un de ces trophées est le rail shooter. Ce type de jeu particulier avait tendance à se classer dans l'une des deux catégories, qui impliquaient toutes deux un pistolet léger d'une certaine description. La première vous voyait vous déplacer d'une scène à l'autre et vous faire attaquer par des personnages qui ressemblaient littéralement à des découpages en mouvement. L'autre type de jeu rendait vos adversaires beaucoup plus réalistes (souvent en utilisant la FMV), tout en vous faisant bouger d'un endroit fixe à un autre.

https://www.youtube.com/watch?v=fbcrIHF5IJo

Certains titres ont très bien marché sur console. Si l'on se souvient du plaisir que nous avons eu avec des jeux comme Virtua Cop et House of the Dead, par exemple, il ne fait aucun doute que le rail shooter a parfois très bien marché chez nous. Mais dans l'ensemble, c'est un sous-genre qui a été perdu au fil du temps. Après ce petit montage un peu long et un peu nostalgique, nous arrivons au jeu dont nous parlons aujourd'hui. Il s'appelle Bartlow's Dread Machine et il donne au tireur sur rail un cri bien nécessaire.

Bartlow's Dread Machine s'inspire beaucoup des armoires à jeux du début du XXe siècle. Note : j'ai dit "au début" ? Oui, incroyablement, il fut un temps où nous n'avions pas de jeux vidéo. Nous parlons de meubles qui vous faisaient vous déplacer sur de vrais rails, et non pas sur ceux imaginaires que je viens de mentionner. Toutes ces grandes idées devaient venir d'un endroit que vous connaissez... donc... de l'histoire.

Situé entièrement dans les limites de la Machine à effrayer, une relique de l'aube de l'ère technologique, Bartlow's Dread Machine, met en scène un ou deux acteurs en tant qu'agents du gouvernement dans une série d'escapades à travers New York, San Fransisco et tout le continent américain. Votre tâche sera de sauver le président Roosevelt des forces du mal. Vous devrez cependant vous méfier, car il y a plus d'éléments sinistres à l'œuvre que quelques gorilles armés.

Liés à des gadgets d'horlogerie qui font tourner la machine, les agents ne sont guère plus que de simples figures de métal qui se déplacent sur des rails. Mais ce ne sont pas de simples marionnettes que l'on peut pousser, et c'est ce qui rend les choses intéressantes. Dans cet environnement bizarre, les agents ont toujours leur libre arbitre et peuvent choisir le chemin qu'ils souhaitent emprunter pour remporter la victoire.

Attendez-vous à ce que des décors en bois et en étain se déploient autour de vous alors que vous naviguez dans le monde étrange de la machine. Dans cet étrange spectacle de marionnettes, vous ferez la connaissance d'une troupe de monstres improbables et de personnages historiques.

Bartlow's Dread Machine vous donne des sacs de contenu pour jouer avec. Vous avez six mondes à explorer et une grande puissance de feu à l'intérieur. Il y a une armurerie de 52 canons à emporter au combat. Il devrait y avoir quelque chose dans ce lot, même pour le plus blasé des tireurs. Si l'esthétique est votre truc, vous aurez aussi une tonne de tenues différentes pour vous permettre de tuer avec style.

Je pense que nous sommes tous d'accord pour dire que nous aimons la possibilité de débloquer des choses. C'est un million de fois mieux que les boîtes à butin puantes et les peaux que vous devez payer. Nous revenons à l'époque où l'on était récompensé pour être bon au jeu et ne pas avoir un peu de portefeuille. Dans le cas de Bartlow's Dread Machine, vous pourrez débloquer de nouveaux tours intéressants sur des personnages très connus. Envie de voir le général Custer, un zombie ? Pourquoi pas, n'est-ce pas ? Nikolaï Tesla ? Annie Oakley ? Les développeurs dans les trois cas vous soutiennent totalement.

"Nous voulions créer quelque chose que nous n'avions jamais vu auparavant et nous nous sommes rendu compte qu'il y avait un petit chevauchement entre les salles d'arcade du début du 20e siècle et les jeux vidéo, ces derniers ayant remplacé les premiers, nous voulions donc essentiellement combiner les deux. Nous voulions donc essentiellement combiner les deux", a déclaré Matthew Hoseterey, co-fondateur et directeur du design chez Tribetoy. "Bartlow's Dread Machine conserve l'esthétique et le ton de la première, tout en lui insufflant le gameplay doux comme du beurre et le design avancé de la seconde - le résultat étant quelque chose de tout à fait original. Nous avons hâte que les joueurs le découvrent par eux-mêmes sur Steam et Xbox !

Si Bartlow's Dread Machine ressemble à quelque chose qui fera flotter votre bateau proverbial, vous pouvez en effet le découvrir à la seconde même (dès que vous aurez fini de lire ceci) pour votre jeu Steam, Xbox. Je vais finir de divaguer et vous laisser faire, mais laissez-moi vous faire la gentillesse de vous laisser le lien Steam juste ici, et, bien sûr, un pour votre Xbox et vous dire que ce titre vous coûtera la somme plutôt raisonnable de 14,99 $, (11,59 £ pour nous, les joueurs britanniques.) Bon ... je pense que j'ai fini maintenant ; allez jeter un coup d'oeil et profitez-en.


Aucun commentaire

Publier un commentaire